Les mesures générales de la propreté urbaine en 10 points 

1- Les voies et espaces publics doivent être tenus propres. Les usagers de la voie publique et les occupants des propriétés riveraines sont tenus d’éviter toute cause de souillure desdites voies. 
2- Il est interdit d’effectuer des dépôts de quelque nature que ce soit, sauf autorisation spéciale sur toute partie de la voie publique, d’y pousser ou projeter les ordures ou résidus de toutes natures. 
3- Il est également interdit d’abandonner, de déposer ou de jeter, sur (...) la voie publique (...) tous papiers, imprimés ou non, journaux, prospectus (...) et généralement tous les objets ou matières susceptibles de salir ou d’obstruer (...) la voie publique et de nuire à la salubrité publique. 
4- Il est interdit d’y jeter ou d’abandonner d’une façon générale, tous débris ou détritus d’origine animale ou végétale susceptibles de souiller la voie publique, de provoquer des chutes, de porter atteinte à l’intégrité physique ou aux biens matériels d’autrui. 
5- Cette interdiction vise également d’une manière particulière les produits ou objets dangereux ou toxiques pouvant être ramassés par les enfants ainsi que tous récipients contenant ou ayant contenu des produits inflammables sans avoir été soigneusement dégazés. 
6- Les tags et les graffitis de toutes natures sont interdits sur les façades des immeubles privés et publics. 
7- Les déchets présentés pour la collecte doivent correspondre au jour et type de collecte (les modalités du tri sélectif doivent aussi être respectées). 
8- L’affichage, lorsqu’il est autorisé, doit être exécuté et maintenu dans des conditions satisfaisantes de propreté. 
9- Il est interdit d’apposer des inscriptions ou des affiches, papillons, prospectus… autres que ceux réglementaires et nécessaires à la circulation sur les revêtements de la voie publique et sur tous les ouvrages qui en dépendent (sauf dans certaines conditions prévues par la réglementation en vigueur). 
10- Il est obligatoire, pour les propriétaires d’animaux, de ramasser les déjections de leur animal sur le domaine public.  
 
 
 

Compost, mode d'emploi 

Que peut-on composter ? 
> Les déchets de cuisine : épluchures de fruits et légumes, restes de pain, filtres et marc de café, coquilles écrasées d'oeuf, de noix, de moules. Mieux vaut éviter les restes de viande ou de poisson, pour des questions d'odeurs. 
> Les déchets de maison : carton (découpé en morceaux et sans bande adhésive), mouchoirs papier, essuie-tout. 
> Les déchets de jardin : feuilles mortes, tontes de gazon, branchages broyés, fleurs fanées, en évitant les mauvaises herbes montées en graines. 
Comment composter ? 
Dans un composteur ou en tas, c'est affaire de place. Le tas convient aux grands jardins et aux grosses quantités de déchets, il doit se trouver à l'ombre et à l'abri du vent. Le bac à compost s'installe plutôt dans un coin ensoleillé. Discret, il n'attire pas les animaux. 
> Le bac a ses contraintes : il faut aérer en brassant régulièrement et alterner les couches entre déchets humides et déchets secs, déchets fins qui tassent et déchets grossiers qui laissent circuler l'air. Le brassage régulier est moins nécessaire pour le compost en tas. 
Les règles de la réussite 
> Le mélange entre différents types de déchets est indispensable. 
> L'aération est la clé du succès, elle évite la putréfaction. 
> L'humidité doit être permanente, mais sans excès. 
Conseils pratiques 
> Les tontes de gazon sont très humides, il vaut mieux les laisser sécher avant de les intégrer au compost. 
> Les feuilles mortes sont un excellent réservoir de matière sèche. L'idéal est de les stocker en tas pour les intégrer au fur et à mesure des besoins. 
> Il faut arroser si le compost paraît sec. 
> Recouvrir les déchets de cuisine d'une couche sèche (feuilles mortes, carton, déchets verts broyés...) évite l'invasion de mouches et de guêpes. 
> Les gros déchets doivent être coupés en petits morceaux. 
Le vrai et le faux 
> Le compost, ça sent mauvais ? 
Non, si on l'aère en mélangeant de temps en temps pour éviter le pourrissement ; oui, s'il n'y a jamais de brassage entre les différents déchets ou si on introduit trop de tontes fraîches d'un coup. 
> Une odeur d'ammoniac ? 
Le compost est trop humide, il faut rajouter des déchets secs. 
> Une odeur d'œuf pourri ? 
Le compost est trop tassé, il faut l'aérer. 
> Composter, ça fait du jus ? 
Non, le jus qui s'écoule témoigne d'une trop grande humidité. Il faut alors insérer des déchets secs (feuilles mortes, carton) et mélanger. En région humide, on peut également bâcher le tas. 
> Des fourmis, un mauvais signe ? 
Oui, le compost est trop sec s'il y a des fourmis. 
> Et les vers ? 
La présence de vers est une excellente nouvelle, ils accélèrent le processus de décomposition. 
> Composter, c'est mauvais pour le climat ? 
Non, si le compost est aéré ; oui, si l'air ne circule pas, il y a alors production de méthane, un puissant gaz à effet de serre, mais les mauvaises odeurs donnent l'alerte avant. 

Votre mairie est ouverte
de 8h30 à 12h
et de 14h à 17h
Le samedi de 9h à 11h
uniquement etat-civil et police
+33 (0)3 87 29 33 80
+33 (0)3 87 82 50 21
mairie@ville-lhopital.fr
Services-Techniques
03 87 82 66 49  
Urgences même numéro 7j/7j
 ateliers@ville-lhopital.fr
Directeur Général des Services
03 87 29 33 96
dgs@ville-lhopital.fr
Secrétariat Général
Véronique Dehlinger
Evelyne Tedesco
03 87 29 33 95
03 87 29 33 89
Secrétariat Maire-Adjoints
Sandra Pernet
03 87 29 33 96
sandra.pernet@ville-lhopital.fr
Réservation de Salles
Sonja Schirle
Se Présenter au Bureau
Les associations sont priées de se munir du formulaire de déclaration de manifestation dûment completé.
(disponible en téléchargement)

Designed by  Fl@nby-Cover@ge  The kingofclamp-Reality